24 septembre 2019

Une délégation chinoise étudie l’aménagement paysager du territoire (Article du Courrier de l'Ouest)

CFPPA/UFA

Six étudiants et une enseignante de l’Institut technique agricole de Jurong sont pour une semaine accueillis au Campus des Sicaudières. L’objectif : étudier l’aménagement paysager.

Max Monot est professeur d’anglais aux Sicaudières mais aussi responsable du réseau Chine de l’enseignement agricole. « C’est un appui fourni par le ministère de l’Agriculture à tous les établissements français, privés et/ou publics qui souhaiteraient développer un partenariat avec leurs homologues chinois agricoles », dit-il.

C’est à ce titre-là qu’une enseignante et six étudiants de l’institut de Jurong (13 000 élèves), au sud de la ville de Nanjïng (10 millions d’habitants) sont pour un mois en France. Après avoir passé une semaine à Saintes, une autre à Thuré (près de Châtellerault), les voilà depuis dimanche soir au Campus des Sicaudières de Bressuire avant de terminer leur périple par Merdrignac en Bretagne.

« C’est plus artistique que chez nous »

Leur programme de cette semaine : des visites au golf de Bressuire (c’était lundi après-midi), le Parc Colbert et le Parc oriental de Maulévrier (mardi), des échanges avec les lycéens du Campus puis l’arboretum de la Croix-verte de Beaulieu (mercredi), Terra Botanica (jeudi), la ville de Bressuire et l’entreprise Tremblais Paysage (vendredi), La Rochelle (samedi) et enfin dimanche, c’est insolite, le vide-greniers de Boismé « pour voir la vraie France ».

Les jeunes Chinois, reçus par le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) aux Sicaudières, ont (déjà) été étonnés « par les paysages plats, l’aménagement des ronds-points joliment décorés et par le peu de personnes le soir dans les rues ». Et précisent-ils, « les constructions paysagères en France invitent à réfléchir au sens voulu par l’artisan. C’est plus artistique que chez nous. Nous avons aussi remarqué que dans les constructions paysagères françaises, il y a un mixte de ce qui se fait en Europe et qu’il y a incorporation de la culture et des légumes de saison. Au golf de Bressuire, nous avons été surpris par la préservation de l’environnement, par la gestion des ressources en eau de pluie. La ville nous paraît petite et jolie ».

Mais en échange, les jeunes Chinois estiment « que différents types de plantes n’existent pas en France. Ce pourrait être un plus pour l’aménagement ». En décembre prochain, ce sont six enseignants chinois qui découvriront à leur tour le Bocage sur le thème « de l’aménagement et le développement du territoire ».

Au Campus des Sicaudières, le nouveau proviseur, Jérôme Jacques, qui a remplacé Nicolas Petit, effectuera un voyage officiel en Chine en novembre avec Max Monot, le responsable du réseau Chine, onze autres directeurs de lycées agricoles français, un adjoint et trois enseignants. Ils seront reçus à Pékin, Weifan, Jurong et sans doute à Nanchang. Ils visiteront des établissements agricoles chinois, signeront des accords de coopération, participeront à des tables rondes sur l’élevage porcin, sur la viticulture, la transformation du blé, etc. Jérôme Jacques devrait évoquer le site du Campus des Sicaudières à travers l’élevage bovin et la valorisation de la race Rouge des Prés, la transformation de l’agroalimentaire, du bovin, de l’ovin, des produits carnés et la mobilité dans les échanges d’étudiants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour aux actualités